L'actualité immobilière de l'agence Régie Chomette
21 Juil

Un bon DPE permet-il vraiment de booster une annonce immobilière à Villeurbanne ?

L’interdiction de louer en 2025 des biens étiquetés G et en 2028 ceux classés F pousse de nombreux propriétaires à vendre plutôt qu’à rénover. Vous avez un bien à vendre ? Alors, un bon DPE permet-il vraiment de vendre plus cher et plus vite ? Et permet-il aussi vraiment de booster une annonce immobilière à Villeurbanne ? Faisons le point.

Selon une étude SeLoger, un mauvais DPE déprécie la valeur d’un logement. En effet, sur le portail immobilier, une passoire énergétique, c’est-à-dire un logement dont les niveaux de consommation en énergie et d’émission de gaz à effet de serre sont équivalents à un mauvais score (F ou G) au DPE, se vend, en général, moins cher qu’un autre dont l’appétit et l’impact sur l’environnement, plus limités, lui ont permis de se voir étiqueter A ou B.

« Tous biens confondus, notre étude montre qu’à caractéristiques équivalentes (ancienneté, superficie…), un bien « cancre » en DPE voit son prix de vente minoré de – 6,7 % par rapport à celui d’un bon élève (C, D ou E). Un appartement classé F ou G au DPE se vend quant à lui, en moyenne, 13 % moins cher que s’il est étiqueté A ou B. Quant à la décote que subit une maison énergivore, elle atteint jusqu’à -17 % ! En cause, le levier de négociation que constitue la perspective pour l’acquéreur d’un logement énergivore de devoir réaliser des travaux de rénovation énergétique s’il envisage de le louer », explique Barbara Castillo Rico, Responsable des études économiques chez Meilleurs Agents et SeLoger.

Un bon DPE écourte les délais de vente
L’étude menée par SeLoger montre aussi qu’une passoire thermique prend plus de temps à se vendre : 88 jours contre 82 pour un logement classé A, B, C, D ou E. Un bon DPE permet donc de gagner 6 jours. Une information donc à prendre en compte quand on sait qu’une annonce immobilière à Villeurbanne, qui reste trop longtemps en vue sur les portails, incite les acheteurs à négocier.

O.D. / MySweetProd © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée